logo

Select Sidearea

Populate the sidearea with useful widgets. It’s simple to add images, categories, latest post, social media icon links, tag clouds, and more.
hello@youremail.com
+1234567890

Prévenir les lendemains de veille…. financiers !

Capital Plus > All  > General  > Prévenir les lendemains de veille…. financiers !

Prévenir les lendemains de veille…. financiers !


La période des fêtes en est une des réjouissances. Réunions de familles, soirées festives et bien arrosés, de copieux repas, de délicieux plaisirs et des sourires sur les lèvres de tous, surtout chez les enfants. Cette période en est aussi une de grandes dépenses et voire, une période d’endettement à l’accélérer. Pourquoi ? Parce que même ceux qui n’ont pas les moyens sont invités à la fête. La carte de crédit elle aussi s’invite elle aussi mais elle ne fait aucuns cadeaux. Elle consomme et, comme nous, elle pèse plus lourd au mois de Janvier.

S’endetter pour faire plaisir.

A la manière d’une finale du 100 mètres olympiques, la dette des ménages par rapport au revenu disponible a brisée plusieurs records depuis les dernières années. En effet, celle-ci a augmentée à 167,6% du revenu disponible au deuxième trimestre de 2016. Cela signifie en terme clair que les Canadiens doivent un peu plus de 1,68 $ pour chaque 1$ de revenu disponible gagné en une année. (Comparativement à 66 % en 1980).

Autres signes de surendettement

Selon un récent sondage CROP réalisé pour le compte d’Universitas, 40 % des parents d’enfants d’âge mineur estiment qu’ils s’endetteront de 500 $ à 1 000 $ cette année, pour offrir des cadeaux à leurs enfants. Selon un autre sondage Tangerine, un tiers des répondants gardait un solde impayé chaque mois sur leur carte de crédit. Pour ce groupe de consommateurs, l’endettement va s’accentuer dans cette période. Est-ce que vous voyez déjà le banquier se frotter les mains ? Pour ces mêmes consommateurs, les conséquences fâcheuses liés à l’augmentation de leur endettement va durer beaucoup plus longtemps que les courtes réjouissance de la saison des fêtes ! Sans compter qu’avec un taux moyen de 19.9% sur les cartes de crédits, est-ce que vous savez combien ces cadeaux vous ont réellement coûter ?

Votre budget des fêtes, un must !

C’est connu, les dépenses récurrentes sont les plus faciles à planifier. Pourquoi ? Parce qu’elles reviennent à chaque année. Une dépense récurrente est donc l’inverse d’une dépense imprévue. Pourtant, plusieurs d’entre nous n’incluons pas les dépenses des fêtes dans notre budget annuel. Grave erreur ! De quoi même donner de l’urticaire aux conseillers en finances personnelles.
Personne n’est devin mais tous et chacun de nous savons que Noël, c’est le 25 décembre. Noël, ce rendez-vous annuel n’est donc pas une surprise pour personne. Même la date ne change pas. Il tombe donc sous le sens que cette période soit incluse dans notre budget annuel, sous la rubrique budget des fêtes. Non ?

Commencez tôt ! Dépensez bien !

Le fait de connaître votre budget permettra de commencer à magasiner plus tôt et plus efficacement. L’existence de ce même budget nous incitera aussi à se serrer la ceinture à l’aube de la période de grandes dépenses. Le lunch au bureau n’est jamais de trop, renoncer au deuxième Cappuccino de la journée ne fait pas de mal non plus. Les économies ainsi générées vous permettront de profiter des soldes, avec de l’argent que vous avez en main et non de l’argent emprunté. Commencez tôt permet aussi de réduire les frais d’expédition qui seront plus élevés que si vous faites vos achats en ligne, à la dernière minute. Vous gagnez à tous coup !

Recevez moins, dépensez moins.

Pigez chacun un nom et achetez un cadeau, cela vous dit ? Certes vous ne recevez qu’un cadeau mais vous faites aussi l’économie de devoir acheter plusieurs cadeaux, vous vous évitez l’exposition à des tentations de dépenser plus, sans compter que vous faites l’économie de la frustration d’avoir à vous rendre sur place et être possiblement à la recherche d’un stationnement. Du temps de qualité que vous pourriez passer en famille. Pensez-y !

En conclusion,

Planifier nos dépenses des fêtes prévient les lendemains de veille financiers potentiellement pénibles. La planification ne va pas tuer la magie de notre temps des fêtes, bien au contraire. Elle va simplement nous inciter à une certaine modération. La modération n’a telle pas meilleure goût ?